• CHANTAL THOMASS

    CHANTAL THOMASS

    Née dans une famille “bourgeoise & tranquille”, comme elle le dit elle-même avec son humour habituel, Chantal Thomass est la fille unique d’un père ingénieur et d’une mère couturière.

     

    CHANTAL THOMASS

     

     

    Déjà attirée par les plaisirs de la création, elle ne tarde pas à se faire remarquer : inscrite dans un collège religieux, elle n’hésite pas à customiser son uniforme. Et livre, à travers lui, un premier manifeste de mode à son image, impertinent, drôle, audacieux et follement mode.

    CHANTAL THOMASS

    Chantal Thomass fait ses premiers pas dans la mode à la fin des années 60. En cette époque de tous les possibles, elle crée sa marque de prêt-à-porter Ter et Bantine et pose les bases de son style, féminin, audacieux, irréverencieux et inattendu. Toile cirée, pilou, Lurex… La jeune styliste ose toutes les expériences et plonge dans la folie créative des années 70.

    CHANTAL THOMASS

    Immédiatement, son univers bohème et plein d’humour séduit les stars de l’époque, Brigitte Bardot en tête, et les boutiques les plus pointues, telles la célèbre Dorothée Bis.

    En 1979 est lancée la première collection de collants Chantal Thomass, développée avec la maison Wolford. Les collants, comme une évidence pour Chantal Thomass: de véritables accessoires de mode que l’on aime porter pour se faire remarquer et assumer sa personnalité.

    CHANTAL THOMASS

     

    Et une célèbre silhouette vit le jour…

    Après avoir marqué les esprits avec ses premières collections et ses premiers défilés dans les années 70, Chantal Thomass s’apprête à entrer dans l’imaginaire collectif grâce à une image restée célèbre, sa silhouette et ses cheveux au carré découpés sur fond noir.

    À l’origine de cette idée, un publicitaire de génie: “j’ai rencontré Benoit Devarrieux en 1981. À l’époque, faute de moyens, je ne communiquais pas sur mes créations.

    Benoît a eu l’idée de me mettre en scène dans un fauteuil, en ombre chinoise. C’est sa femme, Martine, qui m’a prise en photo. Ensuite, nous avons multiplié les petits “coups” à l’attention des médias : publicités, cartons d’invitation amusants, etc. Au fil du temps, je suis devenue mon propre logo”.

    Dans les années 70, pour la première fois Chantal Thomass introduit la lingerie dans ses collections de prêt-à-porter et relance le goût pour les dessous chics et sexy dans des matières raffinées.

    Reconnu comme l’un des grands de la publicité, Benoît Devarrieux a “commis” nombre de publicités qui ont marqué les esprits et leur temps par leur efficacité créative. Il continue aujourd’hui au sein de l’agence H.

    CHANTAL THOMASS

    Au fil de son abécédaire, Chantal Thomass confie ses meilleurs conseils de séduction, ses secrets de beauté et de féminité. Et comme chaque thème lui est précieux, elle livre également ses adresses fétiches. Boutiques, hôtels, restaurants… La créatrice nous emmène dans un élégant road trip à travers la France et le monde entier.

    A comme Accessoires…

    Pour dénicher les plus jolis gants, chapeaux et bijoux.

    G comme Gourmandises…

    Bruncher, déjeuner, dîner, craquer pour une douceur sucrée ou salée : toutes les adresses pour réveiller nos papilles.

    H comme Homme…

    Les endroits favoris de Chantal Thomass pour habiller son homme.

    S comme Soin de soi…

    Hammam, spa, thalasso, instituts… : tout pour être belle et se sentir bien.

     

     

     

     

    « DICKIESIMPETUS »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :