• GUY LAROCHE

    GUY LAROCHE

    Quand Guy Laroche lance sa Maison de Haute Couture en 1957, il a un but en tête : libérer le corps des femmes du New-Look et leur offrir une élégance « raffinée et discrète ».

    Il se fait connaître avec ses coupes subversives aux détails surprenants.

     

    GUY LAROCHE

     

    Ses créations marquent leur époque : des pièces telles que la robe-manteau ou la robe-chemise deviennent parties intégrantes des garde-robes féminines modernes.

    En 1966, Guy Laroche lance Guy Laroche Monsieur.

    GUY LAROCHE

    Les lancements des parfums Fidji en 1966 et Drakkar Noir en 1982, remportent un succès phénoménal.

    Les boutiques deviennent des lieux de rencontres pour des actrices telles que Jane Fonda, Faye Dunaway ou encore Mireille Darc.

    Son imagination pionnière et audacieuse est reconnue par le gouvernement français, qui lui décerne en 1987, le Prix de La Légion d’Honneur.

    Quand Guy Laroche disparaît en 1989, la Maison est reprise par plusieurs créateurs tels que Michel Klein, Alber Elbaz, Marcel Marongiu, et aujourd’hui Adam Andrascik.

    Adam Andrascik est né à Pittsburgh et vit à Londres. Il décroche une licence au Fashion Institute of Technology de New York en 2006, suivie d’un master en stylisme de la Central Saint Martins, sous la supervision de l’iconique Louise Wilson en 2010.

    Andrascik débute sa carrière en œuvrant en tant qu’assistant et styliste freelance pour diverses enseignes prestigieuses telles que Gucci, Proenza Schouler, Ralph Lauren, Jonathan Saunders et Richard Nicoll. C’est ainsi qu’il développe sa signature, à l’identité ténébreuse, sculpturale, sexy mais toujours élégante.

    En 2011, il injecte son savoir-faire des plus magistraux dans une marque éponyme, qu’il présente chez Selfridges à Londres dans le cadre d’un concours de jeunes talents ‘Bright Young Things’.

    GUY LAROCHE

    Son travail est reconnu par Style.com, Pop, Dazed&Confused.

    Susie Bubble du blog influent Style Bubble le décrit comme « un designer dont l’œil ultra-précis aiguise ses créations ».

    GUY LAROCHE

    Le journaliste Alex Fury écrit au sujet d’une collection qu’elle « prend racine dans une déconstruction à la Margiela et dans les créations de Schiaparelli des années 30, tout en restant graphique et puissante ».

     

    Adam Andrascik rejoint aujourd’hui la maison Guy Laroche en tant que directeur artistique. 

    « EXPRESSOEmanuel Ungaro »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :